Se chauffer avec une cheminée oui, mais laquelle ?

Une cheminée chez soi procure un bien-être indiscutable. Etre devant un feu de cheminée, apporte non seulement de la chaleur mais aussi de la douceur et de la plénitude grâce à son pouvoir relaxant, sans oublier l’aspect romantique.

Combiner ce plaisir avec une cheminée performante, capable d’assurer le chauffage du logement est un plus incontestable. Encore faut-il choisir la bonne cheminée, celle qui répondra aux exigences de la performance et au bon rapport qualité prix.

Il est donc impératif d’étudier au plus près ce dont on a besoin tout en tenant compte de l’existant. Se donner un budget avant d’entamer des travaux ou de les faire réaliser permet d’éviter les mauvaises surprises et de fixer une limites aux entrepreneurs qui souhaiteraient procéder à une amélioration globale du logement non sollicitée initialement.

cheminee mcz

Trois types de cheminée pour le logement

  1. Une cheminée traditionnelle au foyer ouvert : 40% de rendement maximum

Ce type de cheminée à foyer ouvert est celui qu’on rencontre le plus souvent dans les logements existants.

Il présente un inconvénient majeur, celui de la déperdition de chaleur.

En effet, la chaleur ne reste pas bien longtemps. Il est nécessaire de nourrir le feu assez souvent pour conserver un minimum de chaleur et donc avoir une surveillance permanente du foyer qui peut en plus cracher quelques braises de temps en temps, avec des conséquences fâcheuses si on n’a pas pris certaines précautions..

Ce système n’est pas suffisamment performant car il a un rendement maximal de 10% ce qui n’est pas suffisant pour assurer l’ensemble du chauffage dans l’habitation.

Bien sûr il peut être plus efficace, soit 30 à 40%, si on l’associe à d’autres éléments comme un récupérateur de chaleur à air qui propulse de l’air chaud dans la pièce ou bien un récupérateur à eau qui est relié à un réseau de tubes contenant de l’eau.

Ce type de cheminée reste donc au niveau de la décoration et non de la performance.

  1. Une cheminée intégrant un insert : jusqu’à 70 % de rendement.

L’insert est la solution qui va augmenter la performance de la cheminée. L’avantage est qu’il ne nécessite pas de gros travaux puisqu’il va s’intégrer dans la cheminée existante qu’elle que soit sa dimension. Il est conçu en fonte, matériau bien connu pour la conservation de la chaleur.

Le principe est le suivant : l’air froid situé en dessous de l’appareil est récupéré, passe dans une double paroi en fonte pour y être réchauffé avant d’être rejeté dans la pièce. C’est un système de chauffage intéressant puisqu’il porte le rendement à 70%. Il présente d’autres avantages comme celui d’être fermé. Ainsi, Il ne sera plus nécessaire de craindre le projection de braises et nécessitera donc moins de surveillance. Les bûches mettront plus de temps à se consumer. Il est conseillé de prévoir l’installation par un professionnel qualifié pour avoir un maximum de sécurité.

Son coût est de l’ordre de 3000 euros mais un crédit d’impôt diminuera considérablement la dépense surtout si cette installation est couplée avec un autre type de travaux. Par contre, en plus du ramassage des cendres comme pour n’importe quelle cheminée, il faudra nettoyer régulièrement les vitres.

Bien qu’il existe un grand choix de modèles, il reste moins romantique que la cheminée traditionnelle mais aura l’avantage d’être plus performant et de diminuer ainsi la note de chauffage.

3.     Le foyer fermé : 70 à 80 % de rendement

Dans le cas où une cheminée doit être installée pour la première fois ou en remplacement d’une existante, le foyer fermé ou « poêle cheminée » est la solution la plus performante. Il permet d’avoir l’accès à l’ensemble du foyer comme pour une cheminée traditionnelle.

Tous les cas de figure sont prévus grâce aux nombreux modèles proposés qui s’adapteront à la configuration des lieux  (en angle, en mural ou suspendu au milieu d’une pièce) et avec des habillages de style divers qui répondront au mieux aux souhaits des clients.

Le coût sera de 1000 à 5000 euros pour la fourniture suivant les options retenues : la turbine pour le brassage de l’air, un vitrage demandant peu d’entretien par exemple. A cela s’ajoutera le coût de réalisation des travaux. Comme pour l’insert, ce système bénéficiera d’un crédit d’impôt qui rendra la facture plus ou moins lourde

Selon qu’on réalise ou pas un bouquet de travaux. Ne pas hésiter à demander des devis complémentaires et contradictoires auprès de divers installateurs. Comme pour tout, le fait de faire marcher la concurrence est le meilleur moyen d’obtenir un tarif préférentiel.

 

Flamme Verte : un label pour nous aider à bien choisir.

Ce label créé en 2000 permet de qualifier les appareils à haute performance.

Trois critères sont pris en compte pour la qualification : rendement énergétique, émissions de particules fines et rejets de monoxyde de carbone.

Comme pour les appareils ménagers, il y a un degré de performance défini : 1 à 5 étoiles.

Un rendement au moins égal ou supérieur à 70% et un rejet maximum de 0,3% de monoxyde de carbone sont exigés par le label.

Dès 2015, ce label ne sera donné qu’aux appareils de 5 étoiles.

www.flammeverte.org : le site pour avoir toutes les informations sur le sujet.

Pensez à Qualibois

Pour l’installation, choisir un professionnel certifié « Qualibois » parce qu’il donnera toutes les garanties de sérieux, de performance et de sécurité nécessaire pour la mise en place des appareils de chauffage à bois chez les particuliers.

http://www.qualit-enr.org : le site pour nous aider à trouver un professionnel qualifié pour ce type d’installation.

Attention cette liste n’est pas exhaustive surtout quand on voit les innovations techniques et technologiques actuelles. Les poêles à pellet ou encore les modèles alternatifs fleurissent au fil des années chez les revendeurs spécialisés. De grandes marques apparaissent et bénéficient d’une renommé aussi importante que le rendement du matériel qu’elles mettent en avant. Malgré tout la cheminée reste privilégiée dans certains cas essentiellement pour des raisons esthétiques et pour la chaleur de la flamme du feu de bois. Il ne faut pas oublier que dans certaines régions et plus largement dans certains pays, le bois reste le premier consommable.